Témoignage : Porter un regard nouveau sur les personnes homosexuelles

Ce matin, j’ai retenu pour illustrer mon témoignage deux phrases de la parole de Dieu : «  les hommes regardent  l’apparence, mais le seigneur regarde le cœur » ; « Maître qui a péché pour qu’il soit aveugle, lui ou ses parents ».

Parler devant vous de ce qui constitue ma différence et de mon engagement au sein d’association LGBT pourrait nous conduire ensemble à un regard nouveau sur les personnes homosexuelles.

Car aller au-delà des apparences, sortir du cycle infernal de la culpabilité et de la discrimination, c’est je crois rejoindre l’action aimante de Dieu en nous pour produire les fruits de l’Esprit : « vous êtes lumière, conduisez-vous comme des enfants de lumière ».

Je suis engagé dans l’association David et Jonathan qui est une association nationale pour les personnes homosexuelles chrétiennes et au sein du collectif LGBT ici sur Poitiers.

  • D&J la plus ancienne association, créée en 1972, dont l’acte fondateur est la prière du Notre Père récitée ensemble ; constituée de groupes nationaux (femmes, pères, protestants, jeunes…) et de groupes locaux dans les principales grandes villes de France ; un groupe à Poitiers/Tours ; rencontre conviviales, de partage, de réflexion, de fraternité surtout, de prière et de recherche de sens ou de foi.

Sans être reconnue par les Eglises chrétiennes, D&J est devenue pour moi un lieu d’Eglise, aux frontières, comme aime le dire le pape François. Aux frontières de la norme hétérosexuelle, aux frontières de l’Eglise qui résiste à nous accueillir tel que nous sommes et tels que nous aimons, aux frontières de la société, qui ici ou ailleurs nous rejette ou  nous condamne à mort.

 

  • Au sein du collectif LGBT qui rassemble plusieurs associations de Poitiers (En tous genres, Contact, D&J, Randos Poitou et les Sœurs de la Perpétuelle Indulgence), nous animons ensemble le 1er vendredi du mois, l’Apéro Arc en Ciel au Toit du Monde. Ce moment de convivialité et d’échange nous permet de nous retrouver dans nos diversités d’âge, de situations, d’histoire souvent douloureuse du fait des discriminations subies en famille, à l’école ou au travail. Nous accompagnons plusieurs jeunes hommes réfugiés de pays africains qui ont subi les pires horreurs.

 

Consentir à notre différence est un chemin long et difficile pour certaines ou certains, surtout quand l’insulte, le rejet, les mots qui tuent nous enferment dans une culpabilité mortifère ou nous réduisent à une sous humanité, une sous citoyenneté.

Sachez que l’homosexualité est la 1ère cause de suicide chez les jeunes de 18 à 25 ans. Plusieurs pays condamnent les personnes homosexuelles à mort, et disposent de législations pénales extrêmement dures.

Les Eglises et les religions dans leur ensemble et à des degrés divers, tout en s’appuyant sur une interprétation de leur livre sacré, participent d’une homophobie latente. Entre condamnation inconditionnelle des actes mais pas de la personne, compassion autour d’une anomalie voire d’une maladie, discours psychologisant, tolérance molle « je ne suis pas contre mais pas chez moi », accueil fraternel, et « qui suis-je pour juger » …

Interrogeons-nous… quelle serait l’attitude du Christ ? Quelle parole nous adresserait-il pour vivre en disciples et en frères avec les personnes homosexuelles ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *